Du numérique en (toutes) lettres #2

Voilà trois semaines que nous travaillons « numérique », les 30 élèves de Première L et moi, et déjà quelques constats :

  • annoncer dès le début d’année comme une évidence qu’on utilisera les outils numériques est bien plus efficace qu’après une certaine période que l’on aurait tendance à vouloir laisser passer pour connaître les élèves et « oser ».
  • la plupart des élèves ont créé une adresse mail « professionnelle » (c’est-à-dire avec prénom et nom) et tous sauf 1 m’ont envoyé leur fiche de rentrée par mail.
  • une remarque à propos des mails : on nous bassine les oreilles avec le langage SMS, il me semble que leur façon d’utiliser le mail est plus préoccupante et intéressante. Ils semblent le considérer comme un outil de partage seulement et non, aussi, de communication : presque tous les mails reçus comportant un devoir étaient muets (pas un mot), ne figurait que la PJ. Donc, du travail de ce côté-là.
  • c’est la troisième année que je fais utiliser Twitter, pour la première fois ils ont pour les 2/3 d’entre eux déjà un compte. Auparavant, les élèves avaient découvert ce réseau social lorsque je le leur ai présenté. Cela amène une vraie évolution : auparavant, je leur faisais créer un compte d’élève qu’ils n’utilisaient que pour nos activités pédagogiques. A présent, ils utilisent leur propre compte pour poster aussi des tweets dans le cadre de travaux de français. Nous voyons donc apparaître des noms de comptes et des photos de profil que l’on qualifiera de  farfelus. La prof de français est ravie : nous expérimentons in situ les problématiques de la situation d’énonciation : qui suis-je quand je tweete cela ? est-ce que je m’autorise à publier des travaux d’école alors que ma TL est habituée à me voir tweeter dans un autre registre ?
  • Une précision d’importance : je m’interdis de lire leur TL (sauf au tout début où j’ai lu quelques tweets de deux d’entre eux pour évaluer sommairement s’ils tweetaient beaucoup ou non). Il me semble qu’il faudra que soit notée quelque part la déontologie du professeur qui publie sur les réseaux sociaux. J’ai pu voir des pratiques que je trouve malsaines : profiter de son aura de prof pour établir une forme de communication mi-sérieuse mi-cool avec ses élèves – cette ambiguïté me déplaît fortement. Il faut coûte que coûte maintenir la ligne rouge dans notre communication avec nos élèves, tant qu’ils sont nos élèves. A défaut, nous manquons à notre devoir de les éduquer et nous empiétons sur des espaces qui ne sont pas les nôtres (espaces de relations amicales ou familiales).
  • je leur ai créé une page Facebook de classe, uniquement pour relayer les infos du blog et surtout pour qu’ils puissent retrouver son adresse qui n’est pas des plus simples (http://blog.crdp-versailles.fr/lsaintex) ; cela m’a amenée à leur demander qui avait un compte FB et qui était sur ce réseau vers 22h. Il a fallu que je précise que je n’étais pas leur maman et qu’ils pouvaient me le dire pour qu’une armée de bras se lève. D’accord, c’est noté ;-)
  • ils ont donc un carnet d’écrivain qui leur sert, pour l’instant, à  prendre des notes et à écrire leurs premiers jets. Sur le blog sont postés les textes étudiés et les remarques auxquelles nous sommes arrivés. Pour l’instant, je leur en distribue une version sur papier car ils ont du mal à lire sur écran. Cependant, ils n’annotent pas beaucoup leur version texte, le texte affiché au TNI étant annoté par la classe de façon collective puis publié via une capture d’écran sur le blog. Les activités d’écriture créative ont été postées sur Twitter, mais je vais leur faire utiliser davantage leur carnet.
  • Fracture numérique ? de ce que je vois de mes élèves (cela n’a donc rien de scientifique), elle existe bel et bien aux deux niveaux financier et intellectuel. De l’importance d’équiper les établissements, mais aussi les élèves (et les profs). Je les ai fait tweeter en classe sur leur smartphone à deux reprises (environ une bonne moitié en a un, en tout cas l’a sorti) : la première fois ils ont utilisé leur forfait, mais la seconde ils ont demandé à pouvoir se connecter au réseau : ah, problème…Du coup, on a tweeté avec le compte de la classe vidéo-projeté grâce à mon iPad (très pratique, le clavier occupant la moitié du tableau numérique, on peut écrire depuis le TNI  et/ou la tablette).
  • Je leur ai créé un compte individuel sur le blog pour qu’ils puissent y écrire. Pour l’instant ils disposent des droits minimum. J’espère leur donner de plus en plus de droits (notamment le droit de publier). Ils ont écrit une synthèse d’une activité menée en classe, et ont pu constater l’intérêt du traitement de texte (sommaire) de l’interface. La construction des paragraphes commence à être comprise. Le copier-coller est un vrai bonheur (j’ai remarqué comme les élèves ont tendance à gommer leur brouillon pour écrire le cours à la place : ce doit être une période révolue, tout faire pour que cela n’arrive plus).
  • Je leur ai demandé d’installer un logiciel de carte heuristique chez eux, il nous servira non seulement à organiser les idées mais aussi à prendre des notes pour faire des fiches (pour l’instant, ils pratiquent la fiche selon la réduction : une page de manuel devient…une mini-page de manuel).
  • Cela n’a pas de lien avec le numérique de prime abord mais en réalité, si : j’ai décidé d’évaluer leur devoir à l’aide d’un code couleur (explications ici) en leur expliquant qu’il s’agissait pour eux et moi d’évaluer leur travail, leurs progrès et leurs difficultés, que ce qui compte c’est la direction et non le pseudo objectif d’atteindre la sacré 10/20. Le numérique avait permis de me camper dans une posture de pédagogue (au sens étymologique : celui qui est en chemin avec son troupeau, non pas tout devant mais au milieu pour faire avancer tout seuls les uns et attendre et encourager les retardataires) : le numérique – qui me permet de m’assoir à côté de mes élèves en salle informatique, ce qui est loin d’être anecdotique, vrai compagnonnage – le numérique, donc, en changeant ma posture, a permis de faire comprendre et accepter cette forme d’évaluation (je revois encore le visage angoissé d’une élève apprenant que je ramassais leurs travaux, elle qui n’avait fait « qu’un brouillon ».) L’idée est aussi qu’ils prennent conscience de ce qu’ils sont en train de faire par rapport à ce que je leur demande : un premier jet, un devoir organisé, auquel il faut apporter plus de soin et de temps, etc.
  • Et de mon côté ? passer du temps et de l’énergie à préparer les activités de cours est très stimulant et passionnant. Ce qui me semble particulièrement chronophage, en revanche, c’est la tenue du cahier de textes car elle demande une régularité très forte. Lorsque l’on voit ses élèves du jour au lendemain, difficile de s’astreindre le soir du premier jour à poster les devoirs pour le suivant. Comment font les professeurs qui ont quatre classes en français ?
  • à suivre…

5 thoughts on “Du numérique en (toutes) lettres #2

    • Merci !
      J’ai donné une lettre aux parents via leur enfant dans laquelle j’explique et énumère les outils numériques utilisés. Ils ont à donner leur autorisation pour la publication sur le blog et sur twitter. Je n’ai pas encore tout récupéré mais pour l’instant, tous les parents donnent leur autorisation. Un élève me disait que ses parents ont été choqués quand il leur a expliqué ce que nous faisions. Mais choqués au sens de recevoir un choc, ils sont d’accord pour que nous fassions tout cela.
      Quant aux collègues, ils savent pour la plupart que je suis formatrice Lettres/tice. Et puis, je suis assez discrète sur mes activités. Je préfère laisser le soin aux élèves de faire les abeilles et d’expliquer eux-mêmes à leurs profs (ou pas) ce qu’ils font. En revanche, j’ai donné pour info à mon chef d’établissement et au CPE la lettre adressée aux parents.

    • En tant que parent, je serais ravi que tout cela se passe sous l’égide d’un professeur et dans un cadre où l’on peut débattre de ces pratiques !Tout récemment, j’ai dû rappeler à ma fille que tout ce qu’elle écrivait sur FB resterait accessible pendant des années et qu’elle devait donc tourner sept fois ses doigts autour des touches de son clavier avant d’écrire la moindre remarque concernant quelqu’un…

  1. Bonjour,

    Merci pour cette immersion dans votre pratique quotidienne. Parent d’élève d’une fille qui vient d’entrer au lycée, je me projette assez bien dans ce que vous décrivez. Comment ont-ils réagi en vous entendant leur demander d’utiliser twitter, facebook et autres ? Surpris ? Emballé ? Indifférents ?

    Je mesure les efforts que vous demande cette expérimentation permanente, même si c’est stimulant et passionnant. Bravo ! Comment cela se passe-t-il du côté de vos collègues ? Sont-ils nombreux à faire l’expérience de ces outils numériques ? Comment voient-ils ce que vous faites ,

    Une suggestion pour la contrainte du cahier de texte électronique : et si vous demandiez à vos élèves de le tenir ? Je ne blague pas : l’un des atouts du numérique connecté est le partage : on peut notamment se répartir les trucs pénibles. De toute manière, ils doivent noter dans leur propre cahier de texte, alors… Pourquoi ne pas en faire profiter les autres élèves, et par la même occasion leur professeur ? Vous n’auriez qu’à relire, compléter éventuellement, et valider ! Je suis peut-être optimiste…

    Encore merci pour votre texte. J’espère que nous verrons bientôt la suite.
    Hervé

    PS : Je vais signaler votre blog de classe à ma fille, une littéraire elle aussi !

    • Et merci à vous d’avoir pris le temps de publier vos deux commentaires !
      Pour ce qui est de la réaction des élèves, ils sont pour l’instant partagés : certains ont tout de suite pris en main les différents outils, ont essayé, commencé à écrire, à partager ; d’autres sont très réticents parce que tout cela est différent de leurs pratiques habituelles et donc déconcertant. Ces réactions révèlent la fracture numérique, une ligne de faille entre ceux qui sont assez bien équipés et qui ont donc loisir d’essayer et d’adopter et ceux moins bien équipés et donc moins rompus aux nouvelles pratiques du web. Or cette ligne de faille marque, comme par hasard, une ligne entre les élèves qui réussissent assez bien leurs travaux scolaires et ceux qui les réussissent moins. Voilà pourquoi il est du devoir de l’école d’apporter à tous les compétences numériques que certains ne peuvent acquérir seuls.
      Quant aux collègues, ils sont assez peu au courant .Ils savent que j’utilise le TNI, la salle info, encore moins savent que j’utilise les réseaux sociaux.
      Pour ce qui est de votre idée de leur faire tenir le cahier de textes, elle a fait son chemin et, finalement, je la trouve excellente. Je vais essayer de mettre cela en place. Merci ! Je crois que vos commentaires arrivent à point nommé pour me relancer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>